12 outils pour mieux gérer l’infobésité des médias sociaux

12 outils pour mieux gérer l’infobésité des médias sociaux

Aujourd’hui, dernier billet d’une série sur Twitter, son utilisation et son impact dans la sphère des médias sociaux. Il s’agit en quelque sorte d’un prélude pour la conférence que je donnerai dans le cadre du Printemps des Réseaux Sociaux à Québec, un colloque de deux jours qui aura lieu les 3 et 4 avril prochains.

L’infobésité, traduction de l’expression anglaise « information overload » est très certainement l’effet secondaire le moins agréable qui découle de l’avènement des médias sociaux. Déjà en 2007, selon emarketer, les gestionnaires peinaient à trouver l’information pertinente au sujet de leur propre compagnie ou de la compétition, sans parler des courriels qui ne cessent de croitre avec quantité de gens qui nous mettent en copie conforme (c.c.), les infolettres auxquelles on s’abonne, etc. Avec la montée en puissance de Facebook, des blogues, de Twitter, de LinkedIn, de Pinterest ou de Google+, comment fait-on pour gérer tous nos comptes, personnels ou d’affaires? Comment s’y retrouver dans la jungle d’information disponible et surtout, comment parvient-on à séparer le bon grain de l’ivraie?

L'univers de Twitter

Infographie de Brian Solis et Jess3 sur l’univers de Twitter et les applications périphériques qui l’enrichissent.

Comme on le voit dans cette infographie qui date de janvier 2011, la richesse de Twitter ne tient pas tant de sa plateforme en tant que telle mais plutôt des milliers d’applications développées en périphérie qui permettent d’en bonifier l’expérience, la gestion et la pertinence. Bien que les applications de cette infographie gravitent autour de Twitter, plusieurs permettent également de gérer d’autres médias sociaux. Survol des principaux outils que je recommande pour gérer l’infobésité.

Les aggrégateurs de comptes

Tout d’abord, assumant que vous ayez une présence sur plus d’une plateforme sociale, la difficulté qui surgit le plus souvent est la nécessité de tenir ces plateformes à jour, d’y insérer du contenu pertinent et de répondres aux amis, abonnés et clients qui y interagissent. Cet aspect peut syphonner une quantité de temps démesurée si vous ne vous dotez pas d’outils, communément appelés aggrégateurs de comptes (et de contenu). Il en existe une variété, certains gratuits et certains payants. Voici les principaux et mieux connus:

Hootsuite

Outil de prédilection de plusieurs PME, grandes entreprises et mon préféré personnel, Hootsuite offre un paquet de fonctionnalités pratiques: possibilité de gérer les flux de messages de plusieurs comptes Twitter, Facebook Linkedin, Youtube et d’autres. On peut ainsi céduler la publication de messages dans le futur, synchroniser un message sur plusieurs plateformes en même temps, assurer une veille stratégique en suivant des flux par mots-clés, créer des rapports. En optant pour une version payante, pour aussi peu que 6$ par moi pour la version Pro on peut aussi travailler en équipe et ainsi déléguer des messages à répondre, créer des rapports plus sophistiqués et plus encore.

Tweetdeck

Très peu de différence entre l’interface de Tweetdeck et celle de Hootsuite, hormis le fait que Tweetdeck est une application qu’on doit télécharger alors que Hootsuite a son propre site web (avec les applications qui s’y attachent, évidemment). Tweetdeck ayant été acheté par Twitter en 2011, on aurait tendance à penser que cela l’avantage, mais c’est plutôt le contraire qui semble se produire. Ceux qui utilisent Tweetdeck en disent le plus grand bien, mais certains spécialistes donne l’avantage à Hootsuite ou Seesmic.

– Seesmic

Seesmic est le troisième « social media dashboard » le plus populaire, avec Hootsuite et Tweetdeck. Ici encore, les fonctionnalités sont similaires et certains préfèrent son interface mobile, au design plus épuré que celui de Hootsuite, par exemple. Par contre, on retrouve aucune facette analytique, ce qui est à l’avantage de ses deux concurrents. Lire le comparatif sur Tech, Geek and More

Sprout Social

Sprout SocialTout récemment lancé en mode public, après avoir séduit les geeks et social media aficionados lors de sa sortie en mode beta, la plateforme Sprout Social est très certainement celle qui représente le plus grand potentiel pour déloger Hootsuite de son piédestal. Elle regroupe l’ensemble des fonctionnalités des trois autres, en plus de donner des options de social CRM, en mettant par exemple des notes auprès de contacts. Par exemple, lorsque vous répondez pour la troisième fois à un même client, et que vous souhaitez assurez un suivi dans le temps, surtout si plusieurs personnes gèrent les divers comptes de l’entreprise. Pratique! Aussi, son module d’analyse et de rapports s’interface avec Google Analytics, lui conférant ici aussi un avantage indéniable.

Les outils d’analyse

Bien que les aggrégateurs de comptes ci-haut mentionnés viennent avec des composantes analytiques, ce n’est pas leur force première. Si vous souhaitez gérer vos médias sociaux au moyen d’outils plus sophistiqués, permettant d’identifier les meilleurs temps de la journée pour publier, qui sont les influenceurs ou les utilisateurs qui se sont récemment désabonnés de votre compte, voir les outils suivants:

Social Bro

Social Bro comporte plusieurs modules d’analyse qui le rendent attrayant, mais pour plusieurs sa grande force réside dans son module qui vous recommande quand publier pour obtenir un rendement optimal auprès de vos abonnés et auprès des influenceurs que vous avez identifiés.

Radian6

Radian6 est considérée comme la Cadillac des outils de veille et d’analyse dans la sphère des réseaux sociaux. Mais attention: il s’agit d’un outil payant, et pas nécessairement abordable pour les petites entreprises, avec une licence dont le coût mensuel avoisine les 500$. Ceci étant dit, Radian6 performe particulièrement bien quand il est question d’identifier les « influenceurs » qui parlent de votre marque, ainsi que les variations dans ce qui se dit au niveau de votre marque, i.e. positif? négatif? neutre?

La plateforme Radian6 est aussi pratique pour reculer dans le temps et analyser de grandes quantités de data, ce qui est un avantage non négligeable quand vient le temps de procéder à l’identification d’influenceurs ou détracteurs et qu’on souhaite reculer jusqu’à six mois dans le passé.

– Les autres outils payants

Il existe un paquet d’autres plateformes payantes, telles que Sysomos, Brandwatch, Viralheat, Alterian SM2, Beevolve et Ubervu. Chacune a ses forces et faiblesses, et la firme montréalaise Adviso a d’ailleurs procédé à une analyse comparative de ces outils, incluant également Radian6 dans son étude. Cliquer ici pour télécharger le rapport

Les outils de curation

Enfin, il existe une panoplie d’outils pour filter les articles, billets de blogue et contenus en fonction des intérêts et sujets que vous souhaitez suivre au quotidien. Voici les principaux, qui sont tous gratuits:

Summify

J’ai découvert Summify récemment et c’est rapidement devenu un de mes favoris. Basé sur les articles qu’on aime lire, les liens de partage de vos amis Facebook et abonnés Twitter, l’application vous envoie un sommaire des articles les plus pertinents, une fois par jour. Mais je vous préviens: essayer, c’est l’adopter! :-)

– Google: Google News & Google Alerts

Bien que mieux connus car faisant partie de la famille Google, les fonctions « News » et « Alerts » sont trop peu souvent utilisées par les marques et individus. Il suffit pourtant d’y insérer les mots-clés que vous désirez suivre, et Google vous envoie du contenu qui y réfère, selon la fréquence que vous souhaitez: immédiatement, une fois par jour, etc.

Bottlenose

Récemment sortie de sa phase beta, le site Bottlenose se situe entre l’outil de curation et de gestion des médias sociaux. Avec son tableau de bord spatial, il plait particulièrement aux geeks, et propose une solution de gestion des contenus susceptible de plaire d’abord aux aficionados des médias sociaux – néophytes, s’abstenir!

Applications mobiles

Pour terminer, deux applications parmi tant d’autres, mais que je privilégie pour consommer du contenu filtré, via un téléphone intelligent ou tablette numérique:

ZiteApplication Zite pour téléphone intelligent ou tablette numérique

Votée l’application #1 d’Apple en 2011, Zite collige les articles selon vos intérêts et permet de « voter » pour les contenus au fur et à mesure qu’on les consomme. Plus vous signifiez qu’un type d’article vous plait, plus vous en recevrez, et l’inverse est aussi vrai. La pertinence croît donc avec l’usage, ce qui la rend d’autant plus indispensable.

Flipboard

Également votée application de l’année pour iPad, Flipboard recueille également les contenus glanés sur certains sites et blogue, mais sa spécificité est de transformer vos contenus Facebook et Twitter sous forme de magazine en ligne. Pour certains, c’est même plus agréable de consommer les médias sociaux via cette application que directement dans Facebook!

Frederic Gonzalo
Écrit par Frederic Gonzalo

Conférencier et stratège cumulant plus de 19 années d'expérience en marketing et communications touristiques. Consultant depuis le début de 2012, j'offre des services de planification stratégique et formation en médias sociaux & mobile pour petites et grandes entreprises. Contactez moi à frederic@gonzomarketing.biz

9 comments
Philippe9999
Philippe9999

Bonjour Frédéric,

Très intéressant! Si on parle uniquement de service à la clientèle sur multiples canaux twitter. C'est à dire créer des équipes et assigner des tweets entre équipe de plus de 4 personnes pouvant gérer une entreprise de plus de 5 canaux twitter. Radian 6 ou Hootsuite ?

Kalagan
Kalagan

Intéressants tous ses ouitls; j'avais déjà utilisé Hootsuite, que je trouvais trop compliqué. je suis plutôt à la recherche d'un outil plus imple, qui permette de faire du push.Lorsque j'ai une comm' à faire, je voudrais avoir une seul interface pour publier sur Facebook, Google Plus et Twitter.

Mathieu Bruc
Mathieu Bruc

Je suis aussi un grand fan de Summify mais j'avais cru comprendre que le service serait fermé depuis son rachat par Twitter en janvier dernier...

gonzogonzo
gonzogonzo moderator

@Philippe9999 Bonne question. Si c'est uniquement pour assigner des tweets, je dirais Hootsuite. Radian6 peut faire tellement plus, et coûte quand même des sous, ce serait l'équivalent d'utiliser un bazooka pour tuer une mouche. Mais si on souhaite monitorer des conversations, le sentiment envers la marque, alors Radian6 serait plus opportun.

Frederic Gonzalo
Frederic Gonzalo

Merci du commentaire. Hootsuite et TweetDeck sont les deux plus simples, malgré leur aspect rébarbatif à première vue. Sinon, il existe aussi des outils comme SocialBro ou Buffer qui permettent de publier à retardement et synchroniser les divers comptes, mais cela demande quand même un minimum d'adaptation aux plateformes. FG

Sam
Sam

Super synthèse Merci :) Concernant le projet Summify il est en effet fermé aux nouvelles inscriptions depuis son rachat pas twitter il y a quelques semaines.

Frederic Gonzalo
Frederic Gonzalo

Bonjour Mathieu, Je n'ai pas eu vent de cette rumeur mais rien n'est impossible. Ceci étant dit, je persiste à penser que l'outil est génial pour résumer les 4-5 articles les plus partagés dans notre réseau, et à chaque jour il y en a 2-3 que je lis et partage effectivement avec mon réseau... ;-) Espérons que le service sera maintenu, n'est-ce pas? Merci du commentaire. Frédéric

Frederic Gonzalo
Frederic Gonzalo

Merci pour le commentaire et l'information. Je n'avais pas constaté ce nouvel état de fait et il semble que ce soit effectivement fermé aux nouvelles inscriptions. Dommage!

Trackbacks

  1. […] L’ infobésité , traduction de l’expression anglaise « information overload » est très certainement l’effet secondaire le moins agréable qui découle de l’avènement des médias sociaux. Déjà en 2007, selon emarketer , les gestionnaires peinaient à trouver l’information pertinente au sujet de leur propre compagnie ou de la compétition, sans parler des courriels qui ne cessent de croitre avec quantité de gens qui nous mettent en copie conforme (c.c.), les infolettres auxquelles on s’abonne, etc. Avec la montée en puissance de Facebook, des blogues, de Twitter, de LinkedIn, de Pinterest ou de Google+, comment fait-on pour gérer tous nos comptes, personnels ou d’affaires? Comment s’y retrouver dans la jungle d’information disponible et surtout, comment parvient-on à séparer le bon grain de l’ivraie? Aujourd’hui, dernier billet d’une série sur Twitter, son utilisation et son impact dans la sphère des médias sociaux. 12 outils pour mieux gérer l'infobésité des médias sociaux | Frederic Gonzalo […]

  2. […] 12 outils pour mieux gérer l'infobésité des médias sociaux | Frederic Gonzalo Aujourd’hui, dernier billet d’une série sur Twitter, son utilisation et son impact dans la sphère des médias sociaux. […]

  3. […] boyd : pourquoi avons-nous peur des médias sociaux 12 outils pour mieux gérer l'infobésité des médias sociaux Aujourd’hui, dernier billet d’une série sur Twitter, son utilisation et son impact dans la […]

  4. […] 12 outils pour mieux gérer l'infobésité des médias sociaux Innovation sociale […]

  5. […] 12 outils pour mieux gérer l'infobésité des médias sociaux From fredericgonzalo.com – Today, 12:18 PM […]

  6. […] L’infobésité, traduction de l’expression anglaise « information overload » est très certainement l’effet secondaire le moins agréable qui découle de l’avènement des médias sociaux. Déjà en 2007, selon emarketer, les gestionnaires peinaient à trouver l’information pertinente au sujet de leur propre compagnie ou de la compétition, sans parler des courriels qui ne cessent de croitre avec quantité de gens qui nous mettent en copie conforme (c.c.), les infolettres auxquelles on s’abonne, etc. Avec la montée en puissance de Facebook, des blogues, de Twitter, de LinkedIn, de Pinterest ou de Google+, comment fait-on pour gérer tous nos comptes, personnels ou d’affaires? Comment s’y retrouver dans la jungle d’information disponible et surtout, comment parvient-on à séparer le bon grain de l’ivraie?  […]

  7. […] L’infobésité, traduction de l’expression anglaise « information overload » est très certainement l’effet secondaire le moins agréable qui découle de l’avènement des médias sociaux. Déjà en 2007, selon emarketer, les gestionnaires peinaient à trouver l’information pertinente au sujet de leur propre compagnie ou de la compétition, sans parler des courriels qui ne cessent de croitre avec quantité de gens qui nous mettent en copie conforme (c.c.), les infolettres auxquelles on s’abonne, etc. Avec la montée en puissance de Facebook, des blogues, de Twitter, de LinkedIn, de Pinterest ou de Google+, comment fait-on pour gérer tous nos comptes, personnels ou d’affaires? Comment s’y retrouver dans la jungle d’information disponible et surtout, comment parvient-on à séparer le bon grain de l’ivraie?  […]