8 raisons d’investir en marketing sur Facebook


10 novembre 2015

Marc Zuckerberg dévoilait tout récemment les dernières statistiques au sujet de Facebook. Des chiffres qui décoiffent, tout en renforçant la notion qu’il devient de plus en plus incontournable, pour les marques, d’y avoir une présence dynamique.

Statistiques de la communauté Facebook, novembre 2015

On ne s’étonne donc pas de voir plus de 45 millions de petites et moyennes entreprises ayant une Page sur Facebook, mais plutôt de constater que seulement 2.5 millions investissent en publicité sur le média social le plus populaire à l’échelle mondiale. Voici donc huit raisons d’y investir de vos précieux dollars:

1. Votre auditoire cible y est assurément (ou presque)

Aucun réseau social ne ratisse aussi large que Facebook. Vos enfants, neveux ou nièces y ont un compte actif, tout comme votre tante Gertrude ou votre beau-père de 79 ans qui aime bien commenter toutes vos photos! En fait, au Québec on estime que 83% des internautes adultes (ou 73% des adultes en général) sont actifs sur les médias sociaux. Lire aussi: 7 statistiques méconnues des médias sociaux

Proportion des adultes réalisant au moins une activité sur les médias sociaux. Source: CEFRIO

Et quand on réfère aux médias sociaux au Québec, 85% des internautes de 18-54 ans ont une présence sur Facebook. Bref, même si les 75 ans et plus y sont moins actifs, ou que les adolescents se tournent davantage vers Snapchat, Instagram et autres applications de messagerie mobile, Facebook n’en demeure pas moins la plateforme de prédilection pour une masse critique indéniable. Et on y passe beaucoup de temps – en fait, plus de sept heures en moyenne… par mois!

2. La publicité y est moins chère qu’ailleurs

Peu importe l’objectif de votre démarche publicitaire – augmentation de la notoriété, objectif de conversion, volonté d’augmenter votre base de donnée courriel, téléchargement d’une brochure ou devis – les coûts publicitaires associés à une campagne sur Facebook sont parmi les plus bas quand on les compare avec les autres tactiques, traditionnelles ou numériques. Voyez un peu ce tableau sur le site de Moz:

Coût publicitaire par type de média, pour atteindre 1,000 personnes

Évidemment, vous me direz qu’il y a des exceptions et qu’on peut effectuer des campagnes AdWords qui coûtent moins, et de même avec la radio ou la télé. Il n’en demeure pas moins que Facebook est de loin le plus accessible quand on le compare aux autres médias sociaux (Twitter, Linkedin), à Google et aux médias traditionnels hors-ligne.

3. Vous pouvez cibler de manière quasi-chirurgicale

Quand on aime une publication d’un ami ou d’une entreprise, qu’on partage la dernière bande-annonce du prochain Star Wars ou qu’on commente une photo de mariage d’une amie, ce sont autant d’informations que Facebook emmagasine pour utilisation ultérieure dans ses données de ciblage. Considérez également que:

  • L’utilisateur moyen compte 372 amis et apprécie 86 Pages d’entreprises ou célébrités.
  • Il se télécharge plus de 350 millions de photos à tous les jours
  • 500 millions d’utilisateurs visionnent des vidéos sur une base quotidienne
  • On compte dorénavant 8 milliards de visionnements de vidéos à tous les jours!

Bref, on peut donc cibler selon près d’une centaine de critères, en misant non seulement sur les profils sociaux, démographique et géo-localisés, mais également sur les comportements et intérêts. Je vous invite d’ailleurs à (re)lire ce billet qui en faisait un bon survol: 10 manières de cibler vos publicités avec Facebook.

4. Vous pouvez mesurer vos actions

Contrairement à d’autres médias, même dans le numérique, on peut mesurer les campagnes publicitaires sur Facebook selon une variété d’objectifs fixés en amont. On fait référence bien sûr au trafic généré vers un site web ou adresse URL spécifique, mais aussi aux conversions qu’on peut identifier grâce au pixel fourni par Facebook et qui n’a qu’à être inséré sur votre site web à l’endroit opportun.

Que ce soit directement avec l’interface statistique de Facebook ou par l’entremise de vos rapports Google Analytics, on peut donc mesurer les effets de chaque dollar investi sur cette plateforme, ce qui n’est pas toujours le cas ailleurs.

5. Vous pouvez communiquer avec votre clientèle actuelle ou potentielle

Vous avez une liste de clients dans vos bases de données? Facebook permet de télécharger vos listes et d’ainsi créer un auditoire personnalisé pour les cibler sur Facebook, que ce soit dans le fil de nouvelles (desktop ou mobile), en pub classique dans la colonne de droite (desktop) ou via les applications partenaires (mobile).

De même, si quelqu’un a visité votre site web et une page de votre site en particulier, vous pouvez effectuer des campagnes de remarketing, c’est-à-dire cibler ces mêmes personnes en leur poussant une publicité dans Facebook. Tout comme Google AdWords qui permet le remarketing, cette tactique est diablement efficace pour convertir une personne qui avait un intérêt mais n’a pas complété l’action souhaitée sur votre site.

Lire aussi: 7 tactiques numériques à comprendre et utiliser

6. Vous pouvez croiser des publicités vers Instagram

L’application mobile de l’heure est sans contredit Instagram. Certes, il en existe des plus « tendances » auprès de certaines clientèles cibles, mais les chiffres ne mentent pas: on comptait 300 millions d’utilisateurs actifs sur Instagram en décembre 2014, puis 400 millions en septembre 2015. Une progression de 33%, ou 100 millions d’utilisateurs actifs, en l’espace de neuf mois. On devrait atteindre le demi-milliard en 2016, sans aucun doute.

Publicité sur Instagram, depuis votre compte Facebook

Or, tout comme on l’a remarqué avec Facebook, le niveau d’engagement organique pour des publications baisse au fur et à mesure que la plateforme devient populaire. La solution? Miser sur des publications payantes, en ciblant selon les critères de votre audience cible. Pour accéder à cette nouvelle fonctionnalité, vous devez passer par l’application « Super Éditeur » (Power Editor), disponible uniquement via le navigateur Chrome pour l’instant.

7. Idéal pour atteindre les gens sur leur appareil mobile

Les gens passent de plus en plus de temps à consommer des contenus sur leur appareil mobile, quand ce n’est pour envoyer des textos, naviguer sur le web, publier des truc sur les médias sociaux, prendre des photos ou envoyer des courriels. L’appareil mobile est ainsi devenu l’écran de choix qui se taille une place dans le quotidien des jeunes… comme des moins jeunes. Les marques se battent donc pour s’y insérer, via une application mobile populaire ou encore de la publicité mobile. Or, quelle est l’application la plus téléchargée autant sur iOS que Android? Facebook.

Qui plus est, les utilisateurs Apple auront remarqué l’émergence d’applications de blocage de la publicité avec la dernière itération iOS9. Dans un tel contexte, il deviendra de plus en plus difficile d’atteindre les mobinautes par de la publicité classique en bannière. C’est justement à ce niveau que Facebook devient un outil de choix, surtout quand votre publication apparait dans le fil de nouvelles. D’ailleurs 89% des utilisateurs de Facebook accèdent à leur compte à partir d’un appareil mobile (soit 1.39 milliard d’utilisateurs), dont 47% le font EXCLUSIVEMENT à partir de leur appareil mobile. Fou, non?

8. Misez sur des vidéos pour raconter votre histoire de marque

Enfin, je vous parlais récemment l’importance de miser sur la vidéo dans une approche de storytelling pour votre organisation. Lire: Le storytelling par l’image ou comment humaniser votre marque.

Avec l’avènement des drones téléguidés, des iPhones et autres appareils prenant des images d’une qualité saisissante ainsi que des applications de montage disponibles en ligne, la production de vidéo est devenue plus accessible que jamais. C’est pourquoi Facebook a décidé de faire compétition à YouTube il y a un peu moins de deux ans en misant sur la vidéo au coeur de sa plateforme.

Visionnements sur Facebook vs YouTube

Si la progression a été lente au début 2014, les choses ont débloqué à l’été suivant dès la lancement de la fonction en mode lecture instantanée, ce satané « auto-play » qui fait en sorte que la vidéo se déploie dans votre fil de nouvelles sans que vous ne l’ayez demandé. Nous voici donc à la fin 2015 et on estime maintenant qu’il se visionne 8 milliards de vidéos à chaque jour sur Facebook! Pour vous mettre les choses en perspective, regardez le tableau ci-dessus et dites-vous que cela veut dire qu’il se visionne dorénavant autant de vidéos sur Facebook que YouTube sur une base trimestrielle!

Nouvelle fonctionnalité de vidéo en carrousel sur Facebook

La publicité devient donc intéressante si on cherche à obtenir des visionnements auprès de notre clientèle cible, autant sur Facebook que sur Instagram, où on peut créer des publicités allant jusqu’à 30 secondes – contrairement aux vidéos régulières qui ne peuvent durer plus de 15 secondes. Et sur Facebook, on peut d’ailleurs maintenant créer des carrousel de vidéos, un peu comme c’est le cas avec les photos depuis environ un an. Pour ce faire, il faut encore une fois passer par « Super Éditeur » dans le navigateur Chrome.

Bref, il s’en passe des choses avec Facebook, et la plateforme évolue à la vitesse grand V. À vous de saisir l’opportunité pour atteindre vos objectifs d’affaires en atteignant vos auditoires cibles.

Je vous rappelle mes formations en ligne au sujet de Facebook marketing, disponible dès maintenant du confort de votre bureau ou à la maison. Quatre capsules vidéos d’environ une heure chacune, donc quatre heures de contenus pour vous aider à maitriser Facebook pour vous et votre entreprise. Tous les détails en cliquant ici.

Frederic Gonzalo
Frederic Gonzalo

Conférencier et stratège cumulant plus de 20 années d'expérience en marketing et communications touristiques. Consultant depuis le début de 2012, j'offre des services de planification stratégique et formation en médias sociaux et marketing numérique pour petites et grandes entreprises.

Envoyez-moi le prochain article par courriel.