Les impacts marketing de la recherche vocale


12 décembre 2017

Je reviens tout juste de Las Vegas où la compagnie Expedia tenait son événement annuel avec plus de 4,800 participants venus de partout sur la planète pour en savoir plus sur les nouvelles tendances non seulement en tourisme et voyage, mais aussi dans le comportement du consommateur, particulièrement en ce qui a trait avec la réalité numérique. Les sujets chauds? L’intelligence artificielle, l’automatisaion du service-client (via les chatbots et applications de messagerie instantanée) mais surtout la recherche vocale.

Expedia a d’ailleurs été une des premières entreprises à avoir développé une compétence (ou skill ) pour l’assistant virtuel Alexa d’Amazon, comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessus.

Saviez-vous que 40% des adultes aux États-Unis effectuent des commandes vocales quotidiennement? Selon Search Engine Watch, nous faisons 35 fois plus de requêtes vocales sur Google qu’en 2008. D’ailleurs, la reconnaissance vocale est maintenant plus précise avec un taux d’erreur de seulement 8%!

L'assistant virtuel Echo de la compagnie Amazon

L’assistant virtuel Echo de la compagnie Amazon

Avez-vous remarqué que plusieurs consommateurs se sont procurés cette année des appareils utilisant la recherche vocale? En effet, 2017 a vraiment été l’année de la reconnaissance vocale suite à une augmentation considérable de la popularité et l’adoption à la maison d’appareils tels que Google Home ou Amazon Echo. Comment dire « non » à la possibilité de contrôler ses appareils avec la voix et rechercher du contenu sur le Web en parlant simplement à une machine?

En 2017, on estime que 20% de toutes les recherches effectuées sur un appareil mobile se font de manière vocale. Cette proportion devrait passer à 50% d’ici 2020!

En effet, la voix reste la façon la plus naturelle de communiquer. Parler à son appareil ou son téléphone intelligent, sans l’aide d’un clavier ou d’un écran, nous permet d’effectuer plusieurs tâches à la fois et d’avoir accès à du contenu plus rapidement et facilement. Google a même révélé que 38% des personnes parlent à leur téléphone en regardant la télévision et 23% des adultes utilisent la recherche vocale en cuisinant. Toutefois, ces avancées technologiques et ces nouvelles habitudes de communiquer et de rechercher du contenu amènent leur lot d’impacts sur les entreprises et sur nos actions marketing.

Les appareils utilisés en recherche vocale

Selon eMarketer, 45 millions d’appareils utilisant l’assistance vocale sont présentement utilisés aux États-Unis et ce chiffre pourrait augmenter à 67 millions d’ici 2019. Parmi les appareils sur le marché, on retrouve principalement les appareils comme Google Home avec son Assistant Google, Amazon Echo avec Alexa et Apple HomePod avec Siri (à venir dès début 2018). Puis, on retrouve également les assistants sur téléphone intelligent tels que Cortana pour Microsoft et Bixby pour Samsung. La reconnaissance vocale existe depuis plusieurs années, mais nous remarquons une utilisation grandissante avec la popularité des appareils intelligents et connectés. Si Siri répond maintenant à plus de 2 milliards de requêtes vocales par semaine, imaginez comment sera le futur !

L'appareil Echo Plus d'Amazon

L’appareil Echo Plus d’Amazon

Qu’est-ce qui explique ce phénomène? Tout d’abord, la recherche vocale fournit une façon plus sécuritaire, facile et rapide d’accéder à de l’information lorsque l’utilisateur consulte son appareil mobile, souvent en mouvement. De plus, la reconnaissance vocale de l’appareil et ses informations sont constamment améliorés car plus l’appareil récolte des données à propos de l’utilisateur, plus la machine apprend, s’adapte, personnalise et optimise ses résultats.

Trois impacts de la recherche vocale

Selon ComScore, 50% des recherches seront vocales d’ici 2020! En quoi cela affectera vos actions marketing? Vous devez dès maintenant comprendre ces nouvelles perspectives et commencer à optimiser vos stratégies pour suivre ces changements. Cela affectera principalement vos stratégies de référencement et de création de contenu qui devront être rapidement optimisées pour la recherche vocale.

L’importance des mots-clés à longue traine

Comme la recherche vocale est de plus en plus utilisée, il est important de revoir nos stratégies de référencement. Lorsque l’utilisateur utilise la recherche vocale, celui-ci a tendance à utiliser plusieurs mots et même plutôt des phrases complètes. Notre façon de chercher du contenu à l’aide de la reconnaissance vocale est totalement différente. Nous discutons désormais avec nos appareils connectés. Les mots-clés à longue traine (plus de trois mots) sont donc ici plus importants que les mots-clés génériques.

L’optimisation de contenu pour les questions

En plus de penser à optimiser son référencement au-delà de deux ou trois mots-clés, nous savons que la recherche vocale s’effectue maintenant à travers des phrases complètes, formulées sous forme de questions.

Question posée l'assistant personnel Siri d'Apple

Question posée l’assistant personnel Siri d’Apple

Au lieu de rechercher les termes « meilleur restaurant Toronto », nous posons plutôt la question : « Quel est le meilleur restaurant à Toronto ? » L’utilisateur enchaînera donc plusieurs questions et communiquera directement avec son appareil connecté. C’est là l’avenir de la recherche sur le Web ! Les requêtes seront adressées directement à l’appareil par la voix, telle une discussion entre deux personnes.

Afin d’optimiser votre référencement et votre position dans les résultats de recherche vocale des appareils connectés, vous devez trouver les questions en lien avec votre entreprise que les utilisateurs pourraient poser. Lorsque cette étape est réalisée, vous pourriez par exemple inclure ces questions dans une section Foire aux questions sur votre site Web ou créer du contenu, tels que des articles de blogue, qui répond à ces questions.

La nécessité de proposer du contenu local et adapté

Les entreprises commencent peu à peu à s’adapter à cette nouvelle réalité de consommation. Il faut désormais proposer du contenu local, puisque l’utilisateur posera fort probablement des questions à son appareil en lien avec sa géolocalisation. Il faut également réfléchir aux micro-moments, ces moments on-the-go où l’utilisateur aura besoin d’information rapidement. Et finalement, il faut aussi anticiper les demandes des utilisateurs et savoir saisir les opportunités que ces appareils nous offrent. Identifier les moments où l’utilisateur aura besoin de plus d’informations sur nos produits et services, anticiper les questions que les utilisateurs poseront et offrir de l’information de qualité lors de leurs recherches.

L'assistant vocal Google Home

L’assistant vocal Google Home

Un bel exemple d’utilisation de ce phénomène est la compagnie Air Canada qui a annoncé récemment s’être dotée d’une compétence (skill) pour le service vocal intelligent d’Amazon. Il s’agit du premier transporteur aérien canadien à proposer du contenu sur Alexa. Comment ça fonctionne? Afin de personnaliser son expérience, l’utilisateur peut télécharger des compétences sur Alexa qui répondent à ces besoins. Les utilisateurs peuvent donc à présent obtenir des renseignements de voyage d’Air Canada en posant simplement des questions à Alexa.

Pensez à toutes les questions que les consommateurs ont en tête et risquent de poser à leur appareil connecté. Si votre entreprise a les réponses, pourquoi ne pas créer de compétence pour répondre à toutes ces questions? Pourquoi ne pas créer du contenu qui répond à ces questions? Les opportunités sont infinies et les compagnies qui sauront s’approprier ces nouvelles technologies auront forcément l’avantage.

Attention à la vie privée

Un dernier point à considérer quand même. Comme avec toute nouvelle technologie, on peut et on doit légitemement se poser certaines questions par rapport à l’internet des objets et les objets connectés comme ces appareils d’assistance vocale. Le site Gizmodo titrait justement il y a quelques jours Don’t Buy Anyone an Echo. Alarmiste? Un peu, mais on doit reconnaitre qu’il y a de réelles préoccupations par rapport à la propriété des informations qui sont échangées sur ces plateformes, et jusqu’où ces appareils peuvent enregistrer les conversations, ainsi que leur utilisation dans un contexte légal. Bref, une discussion qui ne fait que commencer.

Frederic Gonzalo
Frederic Gonzalo

Conférencier et stratège cumulant plus de 20 années d'expérience en marketing et communications touristiques. Consultant depuis le début de 2012, j'offre des services de planification stratégique et formation en médias sociaux et marketing numérique pour petites et grandes entreprises.

Envoyez-moi le prochain article par courriel.