Blogue de Frederic Gonzalo

Tourisme Wendake

5 chantiers pour Québec, destination internationale en 2020

À la lecture du rapport produit par le Comité Performance, présidé par l’homme d’affaire Gilbert Rozon en 2011, et déposé lors des Assises du Tourisme, un constat clair se dressait devant les intervants de l’industrie touristique au Québec: la nécessité d’investir dans le produit d’abord et avant tout. Puis, de prioriser les pôles d’intérêts à développer et commercialiser. C’est ainsi qu’ont été identifiés quatre pôles prioritiares: Montréal métropolitain, la grande région de Québec, le fleuve, et les régions.

Dans la foulée de cet exercice, la réflexion s’est poursuivie et tant Montréal que Québec ont entamé des processus visant à identifier une vision à long terme pour leur destination respective. Pour Montréal, la date 2017 marquera un jalon important de son histoire: 375e anniversaire de fondation de la ville, 50e anniversaire de l’Expo, du Parc des Iles et de ses infrastructures (La Ronde, pavillons restants dont celui du Casino, etc.). Sans oublier que ce sera le 150e anniversaire de la Constitution canadienne, avec ce que cela suppose de budgets pour les festivités à l’échelle nationale.

Bâtir sur les acquis de 2008

À Québec, l’Office de Tourisme entamait également un exercice de consultation et d’analyse auprès des principaux acteurs de la communauté d’affaire et touristique visant à façonner un positionnement fort d’ici 2020, soit dans moins de huit ans. Je vous invite à visionner la présentation powerpoint qui a été partagée dans le cadre d’un colloque à Québec, le 3 avril dernier. Je vous présente par la suite les cinq chantiers qui forment l’épine dorsale de ce projet de destination d’ici l’an 2020.

Presentation Quebec Destination Internationale 2020

1. L’accessibilité – circuler aisément VERS et DANS la destination

Projet discuté depuis longtemps, la mise en oeuvre d’une navette aéroportuaire est prévue pour le printemps 2013. Ceci permettra de relier l’aéroport avec la zone hôtelière de Ste-Foy et le centre-ville de Québec. Bien plus qu’une simple solution de transport, cette navette jouera également un rôle au niveau du positionnement de marque de la destination.
La tête des ponts sera également reconfigurée afin de revitaliser le secteur et le rendre plus attractif. On n’a qu’à penser à la sortie du Pont de Québec ou du Pont Pierre-Laporte, par où transitent la majorité des voyageurs allant vers Québec en voiture. Avec l’Aquarium du Québec à proximité, la gare de train de VIA Rail à Ste-Foy et la zone hôtelière, la ville planche ainsi sur un secteur qui serait réaménagé au cours des vingt prochaines années. Les budgets et les échéanciers demeurent toutefois encore inconnus à ce stade.
Des améliorations sont également prévues à l’aéroport international Jean-Lesage, notamment par le projet d’un centre de prédédouanement américain qui inciterait plus de compagnies américaines à offrir des liaisons directes vers Québec. Ce projet fait d’ailleurs partie d’un ensemble d’investissements de l’ordre de 450 millions $ sur les dix prochaines années pour soutenir la croissance prévue à l’aéroport.

2. Québec, capitale de l’hiver

Tous les acteurs de l’industrie touristique à Québec s’entendent sur ce point: la ville à tout intérêt à mettre de l’avant sa nordicité et son facteur attractif en hiver. Certes, comme l’a démontré le sondage effectué par la firme Ipsos, le facteur froid est le plus grand ennemi tout comme il est notre trait disctinctif et attractif le plus fort auprès de la clientèle hors-Québec.
Déjà, Québec occupe une position de choix avec la tenue de son Carnaval depuis bientôt près de 60 ans, la mise sur pied d’activités en décembre pour marquer le début de l’hiver ou encore la tenue du Red Bull Crashed Ice. Voir d’ailleurs mon billet: 7 reasons to travel to Quebec City this winter
La ville planche dorénavant sur la mise sur pied d’un projet qui sera mobilisant et fédérateur sur l’ensemble de la saison hivernale, soit de décembre à mars, afin de mieux couvrir l’ensemble de la saison et particulièrement les weekends où on ne retrouve aucun des grands événements au programme.
Une version hivernale du Moulin à Images? Ou du spectacle extérieur du Cirque du Soleil? C’est ce que nous découvrirons dans les semaines et mois à venir… 🙂

3. Québec, branchée sur le fleuve

Quatre projets majeurs façonnent ce chantier qui demeure sous le radar actuel des touristes et étrangers lorsqu’ils sont sondés au sujet de Québec comme destination touristique. Tout d’abord, la promenade Samuel-de-Champlain, legs qu’on associe spontanément aux investissements du 400e de Québec en 2008, sera réaménagé tant vers l’Est jusqu’au Parc de la Chute-Montmorency qu’à l’Ouest vers le Parc de la plage Jacques-Cartier.
Le Bassin Louise devrait lui aussi subir un réaménagement permettant une plus grande vocation maritime, alors que les efforts de commercialisation devraient s’intensifier auprès des compagnies de croisières afin d’augmenter le positionnement de Québec sur l’échiquier international.
Enfin, le projet le plus tangible à court terme est celui de la création d’un nouveau bassin de poissons prédateurs, i.e. requins, à l’Aquarium du Québec qui devrait donner à cette attraction une visibilité et une crédibilité accrues autant sur la scène locale que régionale et internationale.

4. Québec, capitale culturelle animée à l’année

Positionner Québec comme capitale culturelle animée à l’année, voilà l’intention. Il est vrai que le projet de nouveau Musée des Beaux-Arts devrait rivaliser sur le plan architectural et du design avec le nec plus ultra de ce qui se fait en ce moment de par le monde. De même, Québec cherche à investir pour mieux positionner le patrimoine autochtone de Wendake, une richesse au coeur-même de la ville, ou presque.Tourisme WendakeMais bon, malgré la richesse de l’offre du Festival d’Été de Québec, et les autres événements qui marquent le calendrier annuel en ce moment, la ville peut elle vraiment prétendre devenir une « capitale culturelle » quand on connait l’offre de Montréal, Toronto, Boston ou New York?

5. Québec, nature à proximité

Le dernier budget Bachand du gouvernement libéral le mois dernier comportait de belles annonces pour l’industrie du tourisme, dont une enveloppe de 35 millions de dollars pour la Société des Établissements et de Plein Air du Québec (SÉPAQ), qui gère notamment l’Aquarium du Québec, les parcs nationaux mais aussi et surtout, le Parc de la Chute-Montmorency. Il y a de beaux projets de développements dans les cartons, incluant notamment une offre d’hébergement et des investissements dans les infrastructures. Un beau dossier à suivre!
Enfin, il est aussi question dans ce chantier de Mont Sainte-Anne et du Massif de Charlevoix, deux belles montagnes qui doivent contribuer au positionnement de Québec comme destination mondiale de ski, ce qui va de pair avec le positionnement de capitale de l’hiver. Verra-t-on revivre le projet d’une candidature olympique d’hiver pour autant? Pas sûr, mais ne sait-on jamais…
Selon vous, lequel de ces cinq chantiers devrait être priorisé et pourquoi?