Blogue de Frederic Gonzalo

Le Massif de Charlevoix logo

Club Med au Massif de Charlevoix: une bonne nouvelle?

Le Massif de Charlevoix logoLa nouvelle est maintenant officielle: Groupe Le Massif et Club Med International conviennent d’une entente préliminaire pour négocier la venue d’un premier Club Med en sol québécois. Daniel Gauthier, co-fondateur du Cirque du Soleil et l’homme derrière la vision du Massif de Charlevoix, en faisait l’annonce ce mardi lors d’un dîner-conférence de la Chambre de Commerce de Québec au Fairmont Le Château Frontenac.

club-med-logoSi les négociations sont fructueuses, Club Med serait donc un collaborateur de premier plan dans le projet immobilier au pied des pentes. Le Massif, à Petite-Rivière-Saint-François, dans Charlevoix, se trouve à une heure de route de Québec. Il est question d’un hôtel de 300 unités d’hébergement qui ferait partie de l’offre complète qui se chiffre à 1,250 unités, à ce jour. Une ouverture serait envisagée pour fin 2015.

CE QUE J’EN PENSE

Cela fait bientôt 18 ans que j’oeuvre dans le milieu touristique, ma carrière ayant débuté en 1995… au Club Med! De 1995 à 1998, j’ai travaillé dans divers centres de villégiature et j’y ai connu la culture des G.O. (Gentils Organisateurs) et des G.M. (Gentils Membres). C’est ainsi qu’on appelle les employés et clients: Guadeloupe, Turquoise, Copper Mountain (Colorado) à deux reprises, ainsi que Sahoro, au Japon.

C’est au Club Med que j’ai d’ailleurs rencontré la femme de ma vie, qui partage encore mon quotidien! Par la suite, mes expériences à Valle Nevado, au Chili, ou encore à Tremblant, dans les Laurentides, m’ont donné une perspective différente de la villégiature en montagne.

Le Train et L'Hôtel La Ferme du Massif de Charlevoix

Plus récemment, de l’automne 2008 à novembre 2011, j’ai travaillé de près avec Daniel Gauthier au sein de l’équipe de direction à titre de Vice-président, marketing et communications au Groupe Le Massif. Je connais donc intimement les défis et les embûches qu’ont connu ce projet au fil du temps, ainsi que les gros défis qui demeurent à l’horizon.

Ce que j’en pense? Un partenaire comme Club Med serait un atout majeur pour Le Massif de Charlevoix. Il viendrait en quelque sorte compléter des lacunes actuelles en amenant les éléments suivants:

  • Notoriété à l’échelle internationale
  • Force de ventes intégrée sur plusieurs continents
  • Vision managériale axée sur le tourisme et sa clientèle
  • Équipe de direction chevronnée sur des enjeux de tourisme international
  • De l’argent frais et/ou une contribution marketing de réseau

Compte tenu du passé de ce projet, où beaucoup d’emphase a toujours été mis sur le produit lui-même (unités d’hébergement, train, remontées mécaniques, etc.) il serait de bonne guerre d’espérer une plus grande emphase sur la commercialisation et sur l’animation des lieux-mêmes.

UN PREMIER CLUB MED AU CANADA

Au sein de l’industrie touristique québécoise et canadienne, cette nouvelle a un potentiel d’impact énorme. Il faut comprendre que Club Med International, c’est toute une machine. Elle a su intégrer son modèle d’affaire à la verticale: agences de voyages, distribution, vols nolisés, investissement immobilier dans les lieux parmi les meilleurs, peu importe la destination.

Après avoir révolutionné le monde du tourisme dans les années 50 avec le concept du tout-inclus, le Club Med a eu ses années de gloire avant de vivre un certain passage à vide durant les années 90 et au début des années 2000. Depuis bientôt 10 ans, Club Med a pris un virage important pour monter en gamme, fermant plusieurs hôtels et réinvestissant de façon importante dans de nouveaux complexes.

Vous doutez de la viabilité d’un Club Med au Canada? Détrompez-vous! Je me rappelle très bien, lors de mes deux hivers à Copper Mountain, au Colorado, qu’à cette époque les deux seuls clubs qui étaient profitables dans la zone Amérique & Caraïbes étaient… en sol américain, soit ceux de Sandpiper (Floride) et de Copper Mountain!

En fait, la clientèle était au rendez-vous, mais la vérité était toute simple: l’hôtel était nul! Chambres archi-petites, aucun téléviseur, des aires communes ordinaires. Bref, c’est sans surprise que l’établissement fut démoli peu de temps après sa vente en 1999, si je ne m’abuse. Avec un hôtel répondant aux standards actuels, la formule Club Med opère encore sa magie, pour quiconque l’a déjà essayé.

ET LA VISION DU MASSIF DE CHARLEVOIX?

Le point d’interrogation qui me chicote a plutôt à voir avec la vision que s’est donnée Daniel Gauthier pour développer Le Massif de Charlevoix. Au cours des 10 dernières années, au fil des discussions et des présentations publiques, il a toujours été question de réaliser un projet inclusif de la région, une sorte d’anti-resort par opposition à des projets de type exclusifs genre Tremblant ou… Club Med!

La marque qui se déploie depuis l’automne 2009 s’appelle d’ailleurs Le Massif de Charlevoix, car il a toujours été question que ce projet soit par et pour les gens de Charlevoix, accueillant la clientèle touristique internationale. On sent le partage dans le marché public du nouvel hôtel La Ferme à Baie-Saint-Paul tout comme il y aura transport collectif avec la navette ferroviaire à partir de mai 2013.

Mais le concept-même du Club Med, où le client est transféré depuis l’aéroport pour se rendre à son hôtel pour y passer la semaine et y consommer (et dépenser) n’est-il pas en contradiction avec celui du Massif de Charlevoix?

Connaissant Daniel Gauthier, il a sûrement cette préoccupation à coeur et des solutions dans la besace. Après tout, je me rappelle encore ses anecdotes au sujet de l’arrivée du Cirque du Soleil à Disney pour le spectacle permanent La Nouba, et comment les visions du Cirque et de Disney étaient à l’opposé. Il y a eu entente et comme le disent les anglos, the rest is history!

Il faut dire que Club Med a aussi évolué et que sa clientèle n’est plus aussi « captive » qu’avant, s’incrivant dans la mouvance de découverte des endroits visités par le consommateur d’aujourd’hui.

J’en souhaite que cette union fonctionne pour Charlevoix, pour Québec et pour ces deux entreprises qui ont façonné, à leur façon, ma carrière d’aujourd’hui. By the way: le jour de l’ouverture, je me propose pour leader les crazy signs, micro en main! 🙂