Blogue de Frederic Gonzalo


Fréquence de contenu sur les médias sociaux

Fréquence, constance et originalité des contenus numériques

En appliquant les règles d’or partagés dans les derniers articles de ce blogue, vous avez en votre possession tous les outils afin de mettre en place une stratégie de marketing de contenu efficace. Une ligne éditoriale pour raconter l’histoire de votre marque, un calendrier éditorial pour planifier votre contenu sur une année, etc. Dans ce billet, je vous donne des pistes quant à la fréquence, la constance et l’originalité de vos contenus pour les médias sociaux.

Comment proposer du bon contenu au bon moment?

Le plan stratégique de votre marketing de contenu étant bien élaboré, vous avez établi les sujets qui seront abordés sur un blogue, une page Facebook, un compte Instagram, un profil LinkedIn, un compte TikTok, etc. Vient alors un des dilemmes les plus persistants en marketing numérique: quel est le meilleur moment de la journée et de la semaine pour communiquer sur les diverses plateformes, et à partir de quel moment franchit-on le seuil de la pertinence avant de devenir achalant? Est-ce vrai qu’on doit publier qu’une seule fois par jour sur une page Facebook d’entreprise?

À quelle fréquence publier sur les réseaux sociaux?

Il existe une multitude de théories sur la fréquence du nombre de publications à faire sur une page Facebook, ou sur un compte Instagram, et ces théories évoluent au fur et à mesure qu’évoluent les plateformes. Cependant, si vous vous êtes dotés d’un calendrier éditorial au préalable, vous serez déjà en mesure de jauger des sujets à aborder en cours d’année et ainsi, préparer vos publications d’avance.

Il peut bien sûr y avoir des imprévus, et des sujets chauds d’actualités et il va de soi que les médias sociaux sont faits sur mesure pour interagir en temps réel. Mais toute entreprise devrait avoir des balises afin d’éviter que le gestionnaire de communauté s’enflamme et publie 14 mises à jour sur la page Facebook, au risque d’aliéner certains fans qui se désabonneront dans la foulée.

Quand publier sur Facebook?

Source : https://www.hootsuite.com/fr/research?businessSize=all&industry=all 

Avant de s’engager dans les différences des meilleurs moments de publications de chaque réseau social, il est intéressant d’observer à quel temps de la journée les entreprises publient. D’après une étude effectuée par Hootsuite, les marques publient 80% de leur contenu dans la semaine, donc du lundi au vendredi.

Ainsi, selon les informations venant de Facebook pour l’année 2021, les meilleurs moments sont :

Lundi, mercredi, jeudi et vendredi de 12h à 15h

Samedi et dimanche entre 12h et 13h

Avant de se fier exclusivement à l’étude mentionnée plus haut, la solution la plus efficace reste encore d’aller consulter les statistiques de votre page Facebook. Sachant que Facebook est le média social le plus utilisé avec 74% des utilisateurs qui se connectent quotidiennement, vous aurez intérêt à observer lesquelles de vos publications ont obtenu le plus d’engagements et à quel moment elles ont été publiées.

Cette procédure d’observation de votre réseau vous permettra d’ajuster vos moments de publications selon l’horaire qui produit le plus d’engagements. Dans l’exemple du tableau ici 👇 on constate franchement que les publications diffusées en après-midi n’ont pas une grande portée comparativement aux publications diffusées en avant-midi qui elles suscitent plus de réactions. Tout le contraire que ce que Facebook me propose comme plage horaire. Vous constatez présentement toute l’importance de bien analyser les comportements et intérêts de vos publics cibles.

Image d'une page de statistiques Facebook pour illustrer le meilleur moment pour publier.
Exemple de statistiques de publications, dans la gestion de page Facebook

La durée de vie d’une publication Facebook

De même, certains prétendent qu’il ne faut pas publier plus d’une fois par jour sur une page Facebook d’entreprise, alors que d’autres préconisent l’approche mitraillette, avec du contenu diffusé sur une base horaire. Pour Facebook, la vérité se situe plutôt entre les deux. Le rythme conseillé est de trois publications par semaine. Une publication sur la plateforme sociale a une durée de vie de deux à trois heures. Mais attention, tous les types de publications n’ont pas les mêmes rendements dans le temps. Une publication vidéo peut être visionnée jusqu’à 20h, alors que la publication texte sera diffusée pendant à peine quelques heures. 

Twitter, l’actualité numérique en continu

Twitter est la plateforme sociale utilisée par les internautes comme un journal d’actualité en temps réel. La durée d’un tweet est très faible, c’est pourquoi la plateforme est parfaite si vous souhaitez publier plusieurs fois par jour. Ainsi, si vous vous adressez à des entreprises (B2B), le moment le plus opportun sera en semaine entre 12h et 13h. À ce propos, c’est pendant cette heure de la journée que Twitter enregistre une hausse marquée des connexions.

Notez que le réseau social aime la primeur. Être le premier à parler d’une nouvelle majeure dans votre secteur d’activités reste le meilleur moyen de créer de l’engagement. Plus le tweet est partagé (retweeté), plus vous atteindrez de la notoriété sur la plateforme.

Instagram et ses théories multiples

Pour ce réseau social, plusieurs théories sont présentées. C’est pourquoi il est nécessaire avec Instagram d’analyser ce qui fonctionne bien pour votre marque. Je vous incite à tester vos contenus à plusieurs moments de la journée et à différents jours de la semaine. Le fil d’actualité du média n’est pas régi par un classement chronologique, mais le moment de publier reste encore un facteur important.

Il est à spécifier que l’application est consultée surtout en dehors des heures de travail à partir d’un appareil mobile. Tout de même, certaines recherches démontrent que le mercredi et le jeudi sont les deux jours où le réseau rencontre le plus haut taux de connexion. Dans cette optique, l’application rencontre une forte augmentation de correspondance entre 3h et 5h du matin depuis quelques années.

Les meilleurs moments pour publier sur Instagram

Du mardi au vendredi entre 8h et 9h/ 11h et 13h et 17h et 18h

Samedi et dimanche entre 15h et 19h

Dimanche entre 22h et 23h.

LinkedIn le réseau des professionnels

D’abord si vous avez lu mon article de blogue sur les algorithmes des médias sociaux, j’y indique le fonctionnement du système de classement du réseau. Rappelons que son algorithme n’apprécie pas les liens externes et les personnes qui n’interagissent pas avec les publications où ils sont identifiés. Ensuite, le réseau social des professionnels déteste lorsque trop de publications proviennent du même profil.

Je vous suggère fortement de ne publier qu’une seule fois par jour, les jours ouvrables, autrement vos publications s’étoufferont d’elles-mêmes. Car une publication sur LinkedIn a une durée de vie d’approximativement 14h. Finalement, le meilleur moment de la journée pour publier est encore le matin entre 7h45 et 9h, lorsque les gens se rendent au travail. La meilleure recette avec LinkedIn comme avec les autres plateformes sociales est encore de tester et d’analyser vos moments de publications sur une période de 3 semaines.

L’importance de la constance

Comme vous devenez dorénavant éditeur de contenu, vous devez traiter votre stratégie en tant que telle. Si pour votre blogue, vous avez défini que la fréquence serait d’un billet par semaine, soyez constants. Il en va de même avec la gestion de vos réseaux sociaux. Cette constance s’applique tout autant pour vos infolettres et les mises à jour de votre site web. Habituer votre communauté à une certaine régularité ne veut pas dire qu’il ne peut pas y avoir d’exceptions.

Miser sur l’originalité de vos publications!

Si vous êtes constant et que vous publiez selon une fréquence régulière, mais que le contenu que vous diffusez est mauvais, dommage, mais votre tactique ne rime à rien. Un contenu pertinent est la pierre angulaire de toute stratégie de marketing web. Évident, direz-vous ? Regardez ce que diffusent certaines marques, et posez-vous la question : c’est pertinent pour qui, le marketer derrière le message, ou pour l’abonné qui reçoit le message?

Si vous avez bien compris dans mes derniers articles les règles d’or du marketing de contenu, soit d’analyser la situation de votre marque et de vos compétiteurs, vous savez quel est votre auditoire cible. On ne parle avec le même ton sur Facebook que sur Instagram et on est certainement plus concis sur Twitter que sur son blogue. Ceci n’empêche pas l’originalité, au contraire! C’est ici que l’utilisation de photos, de vidéos, de sondages, de concours et autres tactiques participatives deviennent de mise. 

Quelles sont les excuses classiques qui expliquent que certaines marques sont actives sur les médias sociaux, puis deviennent silencieuses au fil du temps? Pas le temps. Manque de ressources. Pas de retour sur l’investissement rapide (ROI), donc on passe à autre chose… Pour le ROI, c’est un tout autre débat. Mais pour les excuses de temps et de ressources, voici des astuces qui pourront vous aider à surmonter la difficulté de créer du contenu original, percutant et engageant.

👉 Le principe « Kiss »

D’après Wikipedia, le principe KISS,  « Keep it simple, stupid », est une ligne directrice qui préconise la simplicité dans la conception et qui évite toute complexité. Mais aujourd’hui, à l’ère des médias sociaux, cet acronyme peut aussi vouloir dire « Keep it Shareable & Significant ». En d’autres mots, gardez votre contenu simple et, idéalement, facile à partager par les membres de votre communauté. 

👌 Croiser vos plateformes

Une autre solution est de cesser de traiter vos canaux de communication en silos. Il est tout à fait approprié de prendre des contenus de votre infolettre et de repiquer l’information dans un article de blogue et même dans une vidéo ou une publication texte pour vos médias sociaux. Vos contenus devraient circuler, dans la mesure du possible bien sûr. Croiser vos plateformes ne veut pas dire automatiser toutes vos publications, par exemple tout message sur votre page Facebook devient automatiquement une publication Instagram. Cette pratique est à proscrire, à moins que vous ne vouliez aliéner votre communauté sur Instagram.

💡 Recycler vos messages

Dans les faits, vous avez le droit et le devoir de répéter certains messages, particulièrement sur Twitter où l’instantanéité des messages fait en sorte que votre tweet ne se rendra pas forcément à l’auditoire visé. Sur Facebook, une étude récente révèle que seulement 2% de vos publications arrivent organiquement à vos abonnés. N’hésitez pas à ramener certains sujets sur le tapis, tout en étant original.

Par exemple, vous souhaitez parler d’un forfait pour les fêtes de Noël ? Le sujet peut être abordé en novembre dans votre infolettre, repiqué sur votre page Facebook à une ou deux reprises au mois de décembre, mentionné encore dans votre infolettre de décembre (placé ailleurs, mais tout aussi stratégiquement), tweeté à quelques reprises, etc.

Attention, avertissement : tout est dans le dosage! Ne pas répéter pour répéter. Essayez de trouver un angle différent, changer de canal et donner de l’espace entre vos contenus répétitifs, le cas échéant.

🙄 Varier vos types de contenu

Le fait de changer le type de contenu est une façon efficace d’éviter le syndrome de la page blanche. Par exemple, pour votre page Facebook, il existe une panoplie de trucs pour susciter de la conversation et de l’engouement : poser une question, créer un concours, écrire une phrase en demandant à votre communauté de la compléter ( fill in the blank ), mettre de l’avant une photo d’un client ou partenaire, etc.

D’autres vont instaurer une thématique, afin de rendre les contenus récurrents : les mardis historiques, les fun fridays. Sur un blogue d’hôtel, il pourrait y avoir une chronique régulière sur les attraits et événements à proximité. Enfin, gardez-vous une marge de manœuvre pour de la spontanéité : si une vague de chaleur inattendue s’abat sur votre destination, c’est le temps de mettre de l’avant les activités au grand air.

Un mot en terminant. Malgré toutes les balises évoquées dans cet article de blogue sur la fréquence, la constance et l’originalité de vos contenus numériques, sachez faire une place à la spontanéité pour aller chercher la corde sensible des clients en temps réel! Vous connaissez mieux que quiconque votre auditoire et votre clientèle, il n’en tient qu’à vous de leur parler, d’échanger et d’avoir des conversations humaines, drôles et authentiques.